Julian Breuil, Guide de Haute Montagne

Alpinisme autour du Glacier Blanc

Fin aout au petit matin, je retrouve sur le parking du Pré de Madame Carles deux frangins à peine sortis de leurs duvets. Ils ont, cette année encore, signé pour un stage dans les Ecrins. Au programme : 3 jours d’alpinisme rocheux autour du Glacier Blanc.

En cette fin d’été, les conditions en montagne sont très sèches. Nous choisissons donc, pour les prochains jours, d’éviter les glaciers crevassés et autres couloirs de neige dégarnis. C’est donc sans piolets, ni crampons que nous rejoignons le Refuge du Glacier Blanc. Pause sandwiches, dépôt du matériel inutile, et nous repartons pour une course de mise en jambe sur un contrefort de la Pointe Cézanne. Graine de Cezanne, la voie choisie, est une voie de 200m en 3+, avec un passage plus raide de 4+/5,  accessible en 30 minutes depuis le refuge. Le rocher demande un peu attention dans le début puis s’améliore largement.

Le Lendemain, le réveil n’est pas très matinal.  Nous partons pour la traversée des Pointes des Cinéastes. Cette course est une grande classique du secteur tant le rapport marche d’approche/qualité du rocher est valable. Mais aujourd’hui, personne autour de nous, les enfants ont déjà repris le chemin de l’école et les parents ont suivi. Nous profitons des températures clémentes et de la vue sur les grands sommets du massifs (Pelvoux, Pic Sans Nom, Ailefroide et bien sur La Barre des Ecrins). La course est rondement menée mis à part quelques grognements à l’arrière de la cordée dans le dièdre en 4c (bien tassé) de la troisième dent. Dans la descente c’est au tour du guide de râler en cherchant le meilleur moyen de s’assurer dans un terrain qui demande de l’attention.

La veille était une journée solitaire, celle-ci sera une journée solidaire. Nous découvrons au refuge qu’au moins 5 autres cordées ont le même objectif que nous : l’arête Sud du Pic du Glacier Blanc.  Cette  belle  classique ensoleillée du massif des Ecrins a motivé d’autres guides et leurs clients. Les départs s’échelonnent bien et la compagnie des autres cordées n’est pas gênante et même bien sympathique. La première longueur de la voie est la plus grimpante, cependant la suite reste très intéressante pour la qualité du rocher, l’itinéraire, les rappels. Au sommet, la Barre des Ecrins est toute proche, le Refuge et le Pré de Madame Carles un peu moins ! Finalement les pierriers et autres raccourcis conseillés par un guide local sont vite avalés et l’on se retrouve au bar, en vallée, en train de préparer la journée du lendemain. Nous finirons ce stage d’alpinisme rocheux par une grande voie à Ailefroide.