Julian Breuil, Guide de Haute Montagne

Ski de Randonnée en Lauzière

Vendredi 23 décembre, Antoine, Fabien et Baptiste comptent bien profiter des chutes de neige de fin décembre pour s’aérer les spatules en ski de randonnée avant les traditionnels repas de famille . La neige est là, les skieurs en forme mais le redoux s’amorce en milieu de semaine et nos plans de « couloirs en Chartreuse » semblent de plus en plus compromis. Un repérage rapide au dessus  de Grenoble me confirme qu’il va falloir s’élever pour trouver de la poudreuse. Nous filons donc au début de la vallée de la Tarentaise, dans le massif de la Lauzière à Celliers-Le-Dessus.

Au parking, distribution du matériel et petite révision de l’utilisation du matériel de sécurité. Les gaillards m’annoncent qu’ils sont là pour skier et que les longues montées ont intérêt à valoir leur pesant de poudreuse en descente. Dans le doute, il ne sont pas contre quelques aller-retours là où la neige est bonne. Nous partons donc en direction de la Combe des Plans pour se laisser guider par l’inspiration sur place. Les options sont nombreuses et la rive droite de la combe garde bien la neige froide.

A force de vouloir voir si « plus haut c’est mieux » nous nous retrouvons au col des Aiguillons qui sépare la Combe des Plans de la Combe de La Valette. La vue sur le Grand Pic de la Lauzière (2829m) est grandiose. Derrière les massifs de la Vanoise et du Mont Blanc nous tendent les bras. De belles traces venant du Pas de La Balme, 200m plus haut, nous incitent à rejoindre les tours rocheuses qui marquent la crête sommitale. Quelques conversions serrées en neige dures font râler mais les troupes ont finalement avalées 1250m de dénivelé d’une traite. Plus qu’a descendre, pensent certains !

La descente dans la Combe de la Valette offre de longues sections de poudreuse en cherchant les zones ombragées de la rive droite. Parfois les virages sont moins fluides et des zones soufflées ou croutées rappellent à tous que le ski de randonnée est avant tout une balade en montagne sans SAV.

Benjamin qui est venu de Norvège pour goûter au cru « poudreuse, décembre 2017 » motive le groupe pour des pentes assez raides mais assez saines sous La Biettaz. La belle pente à tracer, en montée comme en descente, sera la cerise sur le gâteau de cette boucle improvisée au gré des envies !

La poudreuse ne va pas vous laisser digérer longtemps puisque les chutes de neige sont en cours dans le pays alpin.